Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 19:39

Ceux qui ont essayé de réaliser des moteurs à aimants selon mes précédents modèles savent combien le stator en anse de panier est difficile à réaliser.
Un mauvais choix d'aimants, un mauvais dessin, et ça ne fonctionne pas.

Mais il existe heureusement des alternatives plus facilement réalisables.
La première, consiste à récupérer un stator de moteur électrique à aimant circulaire permanent, de le monter de façon à pourvoir le faire coulisser d'un côté et de l'autre par rapport à l'axe du rotor, et à y ajuster un rotor garni d'aimants:

mot magn stat aim

Une autre solution, plus facile à mettre en œuvre, est de faire des demis stators semi circulaires en fer, coulissant de façon opposée, et d'y insérer un rotor garni d'aimants:

mot-magn-stat-ferr.jpg

Dans un cas comme dans l'autre, on peut régler le sens et la vitesse de rotation.

Published by J.Hackenberger
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 19:35

À tous mes fidèles lecteurs, qui suivent avec passion mes publications, aux lecteurs de passage qui découvrent mon blog, je souhaite une excellente année 2015!

Et pour bien commencer l'année, dans mon prochain article, de nouveaux moteurs magnétiques! 

Published by J.Hackenberger
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 20:40

À tous les fidèles visiteurs de mon blog, je souhaite une excellente année 2014!
Je les remercie pour l'intérêt qu'ils portent à mes recherches.

À ceux qui cherchent, qui bricolent, je souhaite le succès!

En 2014, même si je dispose de peu de temps, j'espère être plus présent qu'en 2013, et pouvoir partager de nouvelles choses avec vous, car je n'ai pas changé: je tiens à partager mes idées avec tout le monde. Et à ce sujet, je voudrais rassurer les personnes qui m'ont mis en garde, quand j'ai commencé mes recherches, et également les personnes qui ont peur de dévoiler leurs trouvailles: JAMAIS, je dis bien JAMAIS, je n'ai reçu la moindre menace de la part de quelque lobby que ce soit!
Quand quelqu'un prétend avoir reçu des menaces, ou dit avoir été victime d'actes de vandalisme soi-disant liés à ses recherches, c'est en général que cette personne n'a rien trouvé du tout, mais qu'elle veut se faire mousser, ou qu'elle veut se servir du prétexte que ses recherches dérangent pour se faire remplacer un bien vétuste aux frais de son assurance, et elle est elle-même l'auteur des actes de vandalisme.
Alors faites comme moi: PUBLIEZ! PUBLIEZ vos recherches, vos trouvailles, et même vos erreurs! Ne gardez rien pour vous au fond de votre cave, de votre garage, ou de votre cerveau, au risque que ça se perde un jour! PUBLIEZ! Si vous avez inventé quelque chose, vous en aurez la paternité, si vous n'avez pas réussi, vous éviterez à d'autre de perdre du temps à commettre les mêmes erreurs que vous!
N'oubliez pas que le grand Bessler lui-même, s'il n'a jamais publié le schéma de ses roues, a publié l'intégralité des dessins correspondants à ses recherches ayant abouti à des mécanismes qui ne fonctionnaient pas!

Toujours à propos de Bessler, en faisant un tour sur un forum, j'ai remarqué que sa roue obsède un certain nombre d'entre vous, et j'ai aussi remarqué un certain nombre de bêtises! Alors j'ai fait une petite mise à jour de l'article la concernant.

Je voudrais aussi vous confier que je suis particulièrement triste de constater le peu de succès que ma machine gravito-densimètrique a rencontré, alors qu'il s'agit d'une machine dont le fonctionnement est garanti, et au sujet de laquelle je défie quiconque de me prouver qu'elle ne fonctionne pas.

Concernant les moteurs à aimants, s'il vous plait, avant d'essayer d'en construire, assurez-vous que vous disposez d'aimants aimantés dans le bon sens!!! Les pôles doivent se trouver aux extrémités, et non sur les faces.
Je vais d'ailleurs bientôt publier le schéma d'un moteur bien plus "simple" à stator circulaire, et non plus en double anse de panier, et faire quelques mises à jour concernant les modèles déjà publiés. 

Published by J.Hackenberger
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 19:01

Article mis à jour le 12/01/2013

 

Je vous l'avais promise, la voici :

 

100_0150.jpg

Vue globale de la machine en position d'arrêt


100_0148.jpg 

Vue globale de la machine en position de fonctionnement (en rouge, l'axe moteur) .

 

Ma nouvelle machine prévue pour fonctionner immergée au moins jusqu'à l'axe.
Une maquette me paraissant plus explicite qu'un dessin, j'en ai réalisé une avec les moyens du bord; si on devait réaliser une vraie machine, il faudrait des réservoirs cylindriques plus nombreux et de plus grand diamètre afin qu'ils se touchent presque.

 

Principe de fonctionnement :

La machine est constituée d'un certain nombre de réservoirs cylindriques télescopiques, qui, en variant de longueur varient de densité.
Les réservoirs sont reliés à leurs extrémités, par l'intermédiaire de soufflets à deux disques creux contenant de l'air, et mettant en communication l'ensemble des réservoirs, disques qui sont reliés par un axe comportant des joints homocinétiques à ses extrémités.
À l'arrêt, les deux disques creux sont parallèles, et par voie de conséquence, tous les réservoirs sont de même longueur.

 

100_0151.jpg

Vue de dessus à l'arrêt : tous les réservoirs ont la même longueur.

 

Pour démarrer la roue, on fait pivoter le bras support où est fixé l'axe d'un des disques creux, qui n'est donc plus parallèle à l'autre, ce qui induit que certains réservoirs s'allongent et que d'autres se raccourcissent.


100_0145.jpg

Vue de dessus, en position de marche, mettant en évidence la différence de longueur des réservoirs.

 

Les réservoirs les plus longs ayant un volume plus grand pour une masse identique à celle des réservoirs les plus courts sont d'une densité moindre, (et déplacent un volume plus grand d'eau), donc ils montent vers la surface, tandis que les réservoirs les plus courts descendent vers le fond, ce qui entraîne la rotation de la roue.

 

On peut facilement sur une telle machine faire varier la vitesse en faisant varier l'angle entre les deux disques, ou inverser son sens de rotation en inversant cet angle.

 

On peut considérer tout simplement que cette machine fonctionne selon le principe d'Archimède, mais une analyse approfondie permet de tirer d'autres conclusions très intéressantes du point de vue physique :

Dans l'eau, le champ gravitationnel est comme inversé pour les objets de densité inférieure à l'eau; cet effet est utilisé pour l'entraînement des spationautes pour simuler l'apesanteur. Les réservoirs les moins denses se trouvent donc "attirés" vers le haut, les plus denses étant "attirés" vers le bas.

À l'intérieur de la machine, par contre, le champ gravitationnel n'est pas inversé, mais d'une part l'air est très léger, et d'autre part, les réservoirs diminuant de longueur sont placés au dessus du plan horizontal passant par l'axe de la machine, tandis que les réservoirs s'allongeant sont placées en dessous de ce même plan, ce qui fait que les réservoirs refoulent l'air vers le bas.

On note également que l'eau déplacée par les réservoirs "montants" est déplacée vers le bas, tandis que l'eau déplacée par les réservoirs "descendants" est déplacée vers le haut; la différence entre la masse d'eau déplacée vers le bas et celle déplacée vers le haut explique le fonctionnement de la machine, conformément aux lois de la thermodynamique.


Aux petits malins qui penseraient pouvoir faire tourner cette machine en sens inverse, en la remplissant d'eau, et en la laissant au sec, ils auraient la désagréable surprise de voir la machine rester immobile, car les réservoirs qui devraient se raccourcir se trouveraient dans la partie inférieure de la roue, et devraient refouler l'eau qu'elle contient vers les réservoirs situés plus haut, ce qui demanderait une énergie égale à celle censée être délivrée par la machine, d'où son immobilité.
Je dois aussi ajouter que théoriquement, la machine devrait rester immobile, plongée dans l'eau, car la pression de l'eau à l'extrémité des réservoir (quelque soit la forme de cette extrémité) devrait empêcher les réservoirs de s'allonger. Mais comme l'extrémité des réservoirs est ouverte, et reliée par un soufflet au disque creux, la pression de l'eau ne peut pas s'opposer à l'allongement du réservoir.
Il ne faut pas penser pour autant qu'on échappe à une loi physique (la pression de l'eau est toujours présente), mais par un artifice de construction, on annule l'effet de cette loi physique qui devrait empêcher la machine de tourner.

 

La construction de la machine peut être simplifiée par rapport à la maquette, en ne mettant un disque creux que d'un côté, et en mettant des réservoirs ne s'allongeant qu'à l'une de leurs extrémités, une extrémité étant ouverte et reliée au disque creux par un soufflet, l'autre étant fermée, mais toutefois reliée par un soufflet (indispensable) à un disque plein, la machine ne comportant pas de disque central.

 

Cette machine pouvant démontrer de façon sûre et certaine la possibilité d'un mouvement "perpétuel" sans contrevenir à aucune loi physique connue, contrairement à ce qu'avait prétendu Laplace, je compte m'en servir pour postuler au Prix Nobel de physique 2013. 

Published by J.Hackenberger
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 18:51

Après de longs mois (32 mois ininterrompus...) de problèmes de santé, je reviens, presque guéri, et ayant sauvé ma jambe, pour vous présenter très bientôt une incroyable machine fonctionnant non pas par gravitation, mais selon le principe d'Archimède.

À toutes les personnes qui m'ont envoyé des mails, et à qui je n'ai pas répondu : Petit à petit, je vais vous répondre; je suis désolé de ne pas avoir pu le faire plus tôt, mais vraiment, je n'en avais pas la force!

Je tiens aussi à remercier les nombreux visiteurs de mon blog (environ 50 par jour) et leur dire ceci : Le lundi 21 mai, vous avez battu un record; vous avez été 1633 à visiter mon blog ce jour là!

Published by J.Hackenberger
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 19:38

Après une longue absence pour raisons de santé, je reviens malgré tout pour vous présenter un nouveau moteur magnétique.

 

La preuve n'est plus à faire que les moteurs magnétiques à aimants permanents, non alimentés, fonctionnent; il existe assez de vidéos sur Internet pour en apporter la preuve, cependant, ces moteurs, fonctionnant généralement en répulsion, ont la réputation de ne pas durer longtemps, leurs aimants perdant paraît-il leur aimantation. 
Certains trouvent le phénomène normal, et avancent l'argument que le moteur consommerait l'énergie emmagasinée dans les aimants, ce qui est totalement faux, car les aimants n'emmagasinent aucune énergie, ils ne font que concentrer et diriger l'énergie magnétique qu'ils captent autour d'eux. En fait, le fait de travailler toujours en répulsion aurait une action sur leur structure interne, annulant peu à peu les propriétés d'orientation de champ qui leur ont été données lors de leur fabrication.

L'astuce, pour pallier à cet effet néfaste, consiste donc à les faire travailler alternativement en répulsion et en attraction, comme dans un moteur électrique classique.

La solution est simplissime :

 

moteur-magnetique-double-anse-copie-1.jpg

 

Le rotor porte des aimants ayant tous le même pôle orienté vers l'extérieur.
Il convient de noter que ce dessin n'est qu'un schéma de principe, et que dans la pratique, il est sans doute préférable d'utiliser des aimants plus étroits, et plus nombreux.

Le stator, en forme de double anse de panier est plus simple à réaliser qu'il n'y parait; il est en effet constitué de huit arcs de cercles de deux diamètres différents et de 1/8ème de criconférence chacun (se référer à la méthode classique de dessin d'une anse de panier, en géométrie).

Si on suit le trajet d'un aimant du rotor par rapport au stator, il est aisé de comprendre le fonctionnement:
Partant du haut (position 12 heures), et tournant dans le sens des aiguilles d'une montre, l'aimant travaille en répulsion, donc il se déplace vers où l'entrefer est le plus grand.
Arrivé à droite (position 3 heures), il travaille en attraction, et se dirige donc vers où l'entrefer est le moins grand. La transition entre répulsion et attraction se fait très facilement, sans absorber d'énergie.
Arrivé en bas (position 6 heures), l'aimant va à nouveau entammer une phase de répulsion; son passage d'attraction à répulsion absorbe un peu d'énergie, mais a priori  beaucoup moins que sur le moteur à spirale que j'avais présenté il y a un certain temps, vu qu'il n'y a plus cet effet de "marche d'escalier" à franchir. L'utilisation d'aimants étroits devrait aussi faciliter le fonctionnement.
Du bas (position 6 heures), jusqu'en haut (position 12 heures), l'aimant répète le cycle du demi tour précédent.

En ce qui concerne le contrôle du moteur, le mieux est de prévoir un stator coulissant longitudinalement dans l'axe du moteur.
Il peut être nécessaire de fractionner le moteur en plusieurs rotors, sur le même axe, séparés par des espaces de largeur égale à chaque fraction de stator.
Au repos, chaque fraction de stator se trouve face à chaque espace, entre chaque fraction de rotor.
Pour démarrer le moteur, on fait coulisser l'ensemble des fractions de stator vers les fractions de rotor, jusqu'à les recouvrir intégralement à puissance maximale.

Qui osera se lancer dans la réalisation d'un proto?

 

 

Vos dons sont toujours les bienvenus via Paypal® à jimhdlc@aol.com 
Merci d'avance! 

Published by J.Hackenberger - dans moteur-hackenberger
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 18:21

Après une petite absence, je vais bientôt revenir avec une nouvelle machine inédite, je pense, dans la mesure où elle n'a ni poids ni aimants, bien qu'elle puisse fonctionner avec les uns ou les autres, mais des ressorts.

Par rapport aux aimants, l'avantage des ressorts et d'éviter les champs magnétiques.

Par rapport aux poids, l'avantage est encore plus évident: La machine peut fonctionner dans n'importe position, mais aussi, à puissance égale, elle est bien plus légère!!!
En effet, un ressort pesant quelques kilogrammes peut délivrer une force de plusieurs dizaines de milliers de Newtons, ce qui nécessiterait pour un moteur à poids d'être d'une taille énorme, et de posséder des poids de plusieurs centaines de kilogrammes.

Alors cette nouvelle machine pourrait-elle trouver un jour sa place sous le capot d'un véhicule?
Pourquoi ne pas l'espérer...!


Espérons aussi qu'avec mon retour, je vais recevoir quelques dons!
En effet, j'ai, me semble-t-il été un peu oublié pendant mon absence! Pas de dons, ni de vente de fichiers de la roue de 's Gravesande!
Par contre, les soucis ne m'oublient pas eux!!!

Je rappelle donc aux personnes désireuses de m'aider à surmonter la mauvaise passe où je suis qu'il est possible de faire des dons via Paypal à:

jimhdlc@aol.com

Merci d'avance! 
 

Published by J.Hackenberger
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 04:53
Aujourd'hui, je vous présente une machine très intéressante, et susceptible d'évolutions multiples:

La machine de Sellier.

quartz2ct8.jpg

quartzvv0.jpg

Bruno Sellier avait étudié cette machine fort astucieuse, basé sur le différentiel de porte à faux.
Le principe est le suivant:
Le couple appliqué à la manivelle est d'autant moins important que le contact bras/manivelle est éloigné de l'axe d'articulation du bras, ce qui devrait faire qu'on récupère un excédent d'énergie, théoriquement, du moins!

gravitomotru0.gif

Mais, la machine est capricieuse, et elle a réservé une mauvaise surprise à son inventeur.
En effet, s'il faut effectivement moins d'énergie pour faire monter le bras qu'il n'en délivre en descendant, malheureusement, à chaque tour de manivelle, il faut plus d'un demi tour pour monter le bras, et le bras descend sur moins d'un demi tour, du fait qu'il n'atteint pas son point haut lorsque la manivelle est verticale vers le haut, ni son point bas lorsque la manivelle est verticale vers le bas.
Pour monter le bras de son point le plus bas à son point le plus haut, la manivelle parcourt 180° + (2  x α). Or ces 2 x α correspondent à travail qu'on devrait théoriquement récupérer.

Sellier-1-copie-1.jpg

Bruno Sellier s'est longuement penché sur ce problème, mais n'a hélas pas trouvé de solution.
Moi-même je m'y étais penché sans plus de succès, et j'avais lâché l'affaire, jusqu'à ce que, ces derniers jours, me vienne-t-une idée:
Il faut faire deux modifications à cette machine:

-D'abord utiliser une double manivelle, ce qui va avoir pour effet de diviser le problème par deux, puisqu'il ne s'agira plus que de travailler au dessus d'une ligne horizontale.

-Ensuite, faire une "échancrure" dans le bras, afin de faire en sorte que lorsque la manivelle dépasse la verticale, le bras ne continue plus à monter, mais qu'il descende:

Sellier-2.jpg

Ainsi, on obtient une montée du bras sur 90° de rotation de la manivelle, et une descente du bras sur 90° de rotation de la manivelle, et la manivelle étant double, on obtient pour un tour, 180° de montée, et 180° de descente.
Le coule appliqué à la manivelle par le bras est plus faible à la montée qu'à la descente, donc on doit effectivement, cette fois, récupérer l'excédent!

Dans un prochain article, je vous exposerai les évolutions possibles de cette machine, en particulier en la rendant beaucoup plus compacte, et en utilisant soit des aimants, soit des ressorts à la place des poids.

________________________________________________________

Je rappelle aux lecteurs de mon blog que je suis toujours dans une situation financière catastrophique, d'autant que ces derniers jours ont été particulièrement froids! 
Qu'une machine gravitationnelle ou à aimants aurait été la bienvenue pour produire l'électricité nécessaire au chauffage! Hélas, je n'en ai pas encore... et en attendant, les factures arrivent.
Je ne sais pas si je pourrai manger jusqu'à la fin du mois...

Les dons, via Paypal à: jimhdlc@aol.com

Ou par tout autre moyen sont les bienvenus! Chaque donateur recevra en échange un fichier PDF à imprimer sur carton et à découper, permettant de construire une roue de 's Gravesande ou double cône de Nollet. 

D'avance, merci! 
Published by J.Hackenberger - dans moteur-hackenberger
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 05:29

À tous les visiteurs de mon blog, je présente tous mes meilleurs vœux pour l'année 2010.

Que va nous réserver cette nouvelle année?
Probablement quelque nouvelle machine, très prochainement!

Je tiens à signaler à nouveau que l'adresse E-mail pour tout contact ou don via Paypal est:

jimhdlc@aol.com

à l'exclusion de toute autre adresse, puisque je n'ai plus accès à mon ancienne adresse @orange.fr .

Published by J.Hackenberger - dans moteur-hackenberger
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 23:46

Ne pouvant plus accéder à ma messagerie @orange.fr depuis presque 3 semaines, je demande à toutes les personnes qui avaient habitude de m'y contacter de me contacter désormais à l'adresse suivante:

jimhdlc@aol.com

Merci de votre compréhension.

Published by J.Hackenberger - dans moteur-hackenberger

Articles Récents

Liens