Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 20:19
Je vous présente mon étude sur une machine méconnue, pour ne pas dire inconnue sur une idée de Léonard de Vinci.

Il y a près de 40 ans, dans la revue "Je sais tout", avait été publié le dessin d'une curieuse machine pensée par Léonard de Vinci:
Une spirale dentée, sur laquelle roulait un cône.

( je publierai ce dessin quand je l'aurai retrouvé dans mes archives! )

Cette machine était présentée comme étant un système d'engrenage à démultiplication variable, ce qui est vrai, mais qui ne présentait pas grand intérêt vu que la variation se fait sur un tour; c'est juste bon à faire une commande de direction à démultiplication progressive pour une voiture.

Beaucoup plus tard, lors d'une émission présentée sur TF1, et dont j'ai oublié comment elle s'appelait, avait été diffusé un reportage sur une mystérieuse roue, qui, tournant indéfiniment, fournissait  en électricité un monastère, dont je crois me souvenir qu'il est en Suisse.
Ce reportage montrait une plateforme circulaire, en bois, que d'après mes souvenir j'estime entre 7 et 10 mètres de diamètre, qui tournait à une vitesse modérée.
Aucun élément du mécanisme n'a été montré; il a seulement été dit qu'elle n'était actionnée par aucune source d'énergie extérieure.
Les moines qui occupent se monastère se refusaient obstinément à en dévoiler le secret.
Peut être en vertu de l'antique opinion de l'Église qui pense que seul Dieu peut créer quelque chose de perpétuel, pas les hommes; donc les hommes n'auraient pas le droit d'avoir accès à cette machine!
A l'époque, cette roue m'a beaucoup intrigué, mais je pensais à une éventuelle supercherie.

Ce n'est que récemment qu'il m'est venu l'idée de faire le rapprochement entre cette roue, et le dessin de Léonard de Vinci.
En effet, la spirale, dont l'axe est vertical, constitue une pente sur laquelle roule le cône, dont l'axe est horizontal.
au début du tour, la circonférence le plus faible du cône est en contact avec la partie la plus haute de la spirale, à la fin du tour, c'est la plus grande circonférence du cône qui est en contact avec la partie la plus basse de la spirale, mais au même moment, le circonférence la plus faible du cône reprend contact avec la partie la plus haute de la spirale.
N'était-ce pas l'idée de Léonard de Vinci???
Le problème, c'est que si la pente de la spirale est rectiligne, il ne peut pas y avoir "chute" du cône le long de la pente, puisque son axe reste toujours à la même hauteur.
Par contre, il m'est venu à l'idée que si la pente de la spirale n'est plus rectiligne, mais curviligne, et qu'on donne à l'axe du cône une liberté de mouvement vertical, alors non seulement la "chute" devient possible, et à l'arrivée de la pente, on se retrouve en position de départ.
La ligne courbe, est en plus un chemin plus rapide que la ligne droite oblique pour un corps descendant d'un point haut vers un point bas:


Voici donc les schémas que j'en ai déduits:


Sur cette vue en plan, on voit clairement la position du cône C1, à la fois en contact avec le haut et le bas de la spirale.
Si le dessin de Léonard de Vinci ne comporte qu'un seul cône, il faut par contre en mettre plusieurs si on veut pouvoir faire tourner une telle machine.


On excusera l'imprécision de la courbe, pas facile à tracer, mais ce n'est qu'un schéma de principe!
On voit  encore clairement la position du cône C1, ainsi que la courbe décrite par l'axe des cônes.

Mon avis est donc que cette plate-forme horizontale qui tourne dans un monastère est équipée à sa partie inférieure d'un certain nombre de cônes, qui reposent sur le champ d'une grande spirale à pente curviligne, et les axes de ces cônes, en quelque sorte "suspendus" sous la plate-forme, disposent d'une liberté de mouvement vertical.
Leur "chute", le long de la pente curviligne, entraînerait donc la rotation de la plate-forme; lorsque qu'un cône arrive à la position marquée sur le schéma par le cône C1, les autres cônes sont en descente sur la spirale.
Le principe est un peu le même que sur mon moteur à aimants en spirale!

Si seulement, à la suite de cette étude, quelqu'un pouvait retrouver où fonctionne cette roue, peut être y aurait il moyen de savoir si j'ai deviné juste!
Si je me suis trompé la concernant, j'ai au moins la certitude d'avoir percé le mystère de l'énigmatique dessin de Léonard de Vinci!
Si quelqu'un à trace de ce dessin, ou de variantes de ce dessin, qu'il se manifeste!


Je profite de l'occasion pour rappeler aux visiteurs de mon blog, et qui pensent que mes recherches présentent un intérêt, que je suis actuellement dans une situation  très critique, et que toute aide est la bienvenue!
Dons possibles via Paypal: jimhdlc@aol.com
ou par virement.
La valeur du don n'est pas importante; c'est le geste qui compte, et les petits ruisseaux font les grandes rivières!
Merci d'avance!
Et à bientôt pour de nouvelles études très surprenantes!

Partager cet article

Repost 0
Published by J.Hackenberger - dans moteur-hackenberger

Articles Récents

Liens