Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 14:56
Mes autres études ayant pris un peu de retard, je vous présente aujourd'hui une merveille méconnue: la roue de Ferguson.
James Ferguson ( 1710 - 1776 ), était un mécanicien et astronome écossais, membre de la Société royale de Londres.


On lui doit quelques ouvrages:
-L'astronomie enseignée d'après les principes de Newton
-Introduction à l'électricité
-Leçons sur divers sujets de mécanique, d'hydrostatique, d'hydraulique, de pneumatique et d'optique
-Traité de perspective

On lui doit également un planétarium:


Ce planétarium fait toujours autorité, et il existe toujours:


On lui doit aussi la conception de cette étonnante horloge- planétarium:



On lui doit également une très ingénieuse roue, malheureusement moins connue que la roue de Bessler.
A ma connaissance, il n'existe sur le net qu'une élucubration stupide de cette roue, sur un site destiné à discréditer l'idée qu'une roue gravitationnelle puisse tourner.
Cette animation est tellement falsifiée et comporte tellement de grossières erreurs que je ne souhaite pas la reproduire ici; toutefois, elle m'a permis de reconstituer la roue originale:


Cette roue se compose donc de huit bras articulés supportant huit poids (en gris), et huit contrepoids (en bleu), coulissant sur des tringles.
Les contrepoids sont reliés aux poids par des câbles, (en rouge et en vert), lesquels transitent par des poulies de renvoi (en jaune).
Le fonctionnement de cette roue est très aisé à comprendre.
L'astuce est qu'il y a toujours quatre poids exerçant sur la roue un couple positif, car il ne peut jamais y avoir simultanément un poids à 0° et à 180°.
Par contre, le nombre de poids exerçant un couple négatif varie de trois à quatre.
Le couple négatif engendré par au maximum un contrepoids est toujours compensé par le couple positif des quatre poids.

J'ai calculé le différentiel de couple de cette roue tous les 22° 30'



Le différentiel de couple varie de +4,4 à +5,7.
Et même si les contrepoids étaient 1,5 fois plus lourds que les poids, le différentiel serait toujours positif, variant de +3,3  à +5,7.
Et encore, je n'ai tenu compte que des poids et des contrepoids, et non de la partie articulée des bras qui ajoute un léger surcroît de couple, mais on peut considérer qu'il se perd dans les frottements divers dûs aux tringles, aux câbles et aux axes des poulies.

A bientôt pour de nouvelles études!

Vous pouvez faire un don via Paypal à: jimhdlc@aol.com

D'avance, merci!

Partager cet article

Repost 0
Published by J.Hackenberger - dans moteur-hackenberger

Articles Récents

Liens