Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 14:23
Dans une cave fermée par une double porte blindée, et surveillée par des caméras dort la roue inventée par M. Alain Graillat, fruit de 30 ans de recherches.


Il semble que bien peu de personnes aient vu cette roue, et elle excite bien des curiosités.
Comment est-elle conçue?
M. Graillat dit lui-même qu'elle est très simple, qu'il peut en construire une en 30 minutes, qu'il a construit son premier prototype avec des matériaux de base qu'on peut se procurer dans tout magasin de bricolage.
Il dit également qu'il emprisonne des masses et qu'il les fait tourner.
Quand on lui oppose les lois de Newton, il invoque le roulement à billes.

A partir de ces seuls éléments, peut-on reconstituer sa roue?
C'est ce que j'ai tenté de faire, et je pense que j'y suis arrivé:


On s'aperçoit d'abord que cette roue n'appartient ni à la catégorie des roues à poids libres, ni à la catégorie des roues à poids commandés, mais à une nouvelle catégorie, la catégorie des roues à poids fixes.
En effet, les poids sont fixes, emprisonnés entre deux plateaux; "j'emprisonne des masses et je les fais tourner" dixit M. Graillat.
Autre particularité qui saute aux yeux: la roue ne comporte pas d'axe.

M. Graillat dit avoir commencé ses recherches en 1973, en se demandant "comment déséquiliber en permanence une masse autour d'un axe" .
Il n'aurait trouvé la solution qu'en 2003, probablement en s'apercevant qu'il fallait supprimer l'axe.

Comme on le voit sur le schéma, sur la face externe de chaque plateau, sont creusées des gorges dans lesquelles roulent des billes; on peut éventuellement remplacer les billes par des roulettes orientables dont le support coulisserait dans des glissières situées à l'emplacement des gorges.
Le billes (ou les roulettes) se déplacent également dans une gorge circulaire creusée dans le support de la roue, et dont le centre est décalé par rapport au centre de la roue.
La bille B1, en rouge, à droite, empêche la roue de basculer vers la droite.
Le rouleau R1, à gauche, l'empêche de basculer vers la gauche.
Le rouleau R2, en bas, qui doit obligatoirement se trouver à l'aplomb du centre de la gorge circulaire creusée dans le support empêche la roue de basculer vers le bas, et maintient le décalage horizontal entre le centre de la roue, et le centre de la gorge circulaire.


Cette vue selon la coupe A-B permet de voir le support et comment la roue est reliée au support par les billes.

Quel est le principe de fonctionnement de cette roue, et comment en mesure-t-on le couple?

Évoquant les lois de Newton, " ça parait dingue, je sais, mais il y a une faille. (...) L'impossible, je l'ai conçu! Newton, s'est trompé."déclare péremptoirement M. Graillat.

Désolé, M.Graillat, mais vous n'avez pas découvert de faille, et Newton ne s'est pas trompé! Ce n'est pas encore vous qui allez réviser les lois physiques!
M. Graillat semble être comme M. Costa, un génie qui a conçu et construit une roue par hasard, mais qui ferait mieux de se taire que de donner des pseudo explications qui le discréditent.
Il s'étonne d'essuyer des rebuffades, mais c'est normal à partir du moment où il prétend qu'il y a une erreur dans des lois physiques basiques, établies et reconnues. En l'absence d'explication conforme aux lois physiques, mieux vaut s'abstenir, et surtout, mieux vaudrait montrer la roue en train de tourner!

Et pourtant, l'explication physique est bien simple!


Les poids travaillent par paires.
Considérons une paire de poids, l'un en haut, l'autre en bas. Le centre de gravité de cette paire, G, correspond au centre du disque sur lequel ils sont fixés.
A mi-distance du centre des deux billes, se trouve l'axe virtuel de rotation A. On constate que dans cette position il est confondu avec G; le couple est donc nul, les poids sont en équilibre.


Si on amorce la rotation, G reste fixe, mais A se déplace, ce qui provoque un déséquilibre, et induit un couple.
Comment se calcule ce couple?
Le Couple C peut se calculer de plusieurs façons:

-En mesurant la distance entre le centre de gravité de chaque poids et A, l'axe de rotation virtuel:

C = ( d' - d'' ) x m x 9,81

-En mesurant la distance qui sépare A de G:

C = d x ( m1 + m2 ) x 9,81  qu'on peut simplifier en: C = d x m x 2 x 9,81

-Par rapport à l'angle α :

C = [ ( l' - l'' ) x sin α ] x m x 9,81



Lorsque les deux poids son opposés, à l'horizontale, le décalage entre G, toujours fixe, et A est à son maximum, donc le couple est également à son maximum.


La rotation continue, A se rapproche de G, le couple décroît, en on finira par se retrouver dans la position initiale de départ, en ayant parcouru un demi tour.

Où M. Graillat pense avoir trouvé une faille dans les lois de Newton, je suppose, c'est quand il considère que le poids qui était en haut a fait remonter le poids qui était en bas, d'une hauteur verticale égale à celle dont il est descendu, tout en délivrant un excédent de puissance. L'erreur que commettrait alors M. Graillat, serait de considérer cette hauteur verticale, alors qu'il s'agit d'une chute en rotation autour d'un axe.

En fait, la chute et la remontée se produisent par rapport à l'axe virtuel A, donc le poids descendant parcourt un chemin plus grand que le poids montant, et avec un couple supérieur, donc les lois de Newton ne sont pas transgressées.

L'astuce de cette roue réside dans le fait qu'au lieu de remonter les poids, comme dans la roue de Costa, on déplace l'axe de rotation virtuel.
Le différentiel d'angle de fuite des billes joue également un rôle important dans la rotation.

Plutôt que de laisser dormir sa roue dans sa cave, et de prétendre que Newton s'est trompé, M. Graillat ferait mieux de montrer sa roue au grand jour, je pense que sa notoriété n'en serait que plus grande!
Peut-être m'en voudra-t-il d'avoir cherché à percer le secret de sa roue, mais qu'il réfléchisse au fait que j'aurais pu présenter cette roue comme étant mon invention, au lieu de la présenter comme étant probablement sa roue, à charge pour lui de prouver qu'il l'aurait inventée avant moi!
Mais ce n'est pas dans mes principes d'agir ainsi.
Plutôt que de lui faire du tort, j'espère que cette publication provoquera un regain d'intérêt pour son invention, et surtout évitera que des personnes plus ou moins mal intentionnées ne l'accaparent en lui promettant d'illusoires gains mirobolants, et l'enterrent à tout jamais.

A bientôt pour de nouvelles études!

Si mes études vous passionnent, je vous rappelle que vous pouvez m'aider à sortir de la situation critique où je suis en faisant un don via Paypal à:

jimhdlc@aol.com

D'avance, merci!

Partager cet article

Repost 0
Published by J.Hackenberger - dans moteur-hackenberger

Articles Récents

Liens