Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 05:32
Aujourd'hui, je vous présente une machine dont l'idée m'est venue tout à fait par hasard.
En 10 minutes, elle est apparue dans mon esprit, le premier schéma de principe était tracé, et les premiers calculs faits.
Il m'a fallu ensuite affiner ça, concevoir le système de verrouillage des poids, et mettre au propre.
Au fur et à mesure que j'ai affiné l'étude de cette roue, une idée m'est venue:

Et s'il s'agissait de la mystérieuse machine conçue par Bessler en 1738 ?

En effet, en 1738, Bessler annonça avoir inventé une fontaine qui ne cessait pas de couler, et un orgue qui ne cessait pas de jouer.
Il est impossible de réaliser une circulation d'eau sans pompe, de même qu'il est impossible de réaliser une circulation d'air sans soufflets.
De ces impossibilités, il en résulte que Bessler avait inventé une nouvelle machine capable d'actionner deux pompes ou deux soufflets.
Pourquoi deux pompes ou deux soufflets?
Parce que dans une fontaine, il faut au minimum deux pompes à bras pour obtenir un débit régulier, et dans un orgue, il y a deux soufflets, à l'époque actionnés de façon alternative, soit par les pieds de l'organiste, soit par un assistant.
Autre contrainte, pompes ou soufflets doivent être actionnés silencieusement, ce que ne pouvait pas faire la roue de Bessler, dont on sait qu'elle produisait des bruits de ressorts et autres claquements.
Donc, Bessler aurait bel et bien conçu une autre machine.

Examinons maintenant la machine dont l'idée m'est venue:


Cette machine, on le constate, est constituée de deux roues contra rotatives croisées.
Il s'agit là d'un schéma de principe, donc tous les détails ne sont pas reproduits.
Chaque roue A et B est constituée de deux disques (un seul est visible sur le schéma), fixés sur un axe.
Chaque disque comporte 4 fentes ouvertes, et 4 fentes fermées.
Dans les fentes fermées, circulent les axes des poids.
A chaque fente fermée, correspond une fourche coulissante F, comportant un petit poids; elle agit sur les ressorts R, bloquant ou libérant les axes de poids suivant sa position.
A l'endroit où les roues se croisent, les axes de poids circulant dans les fentes fermées s'engagent dans les fentes ouvertes de la roue opposée, se trouvant repoussés à mi distance entre les axes des deux roues; ils effectuent donc leur remontée en exerçant un couple constant sur chacune des roues, toujours inférieur au couple généré par les poids descendants.
Arrivés à l'endroit où ils se dégagent des fentes ouvertes, les axes des poids se trouvent être verrouillés par les ressorts R; ils ne sont déverrouillés qu'après être passés en dessous de la ligne horizontale passant par les deux axes.

Cette machine présente une particularité intéressante: elle peut être arrêtée mécaniquement en déplaçant le support d'une des roues de façon à l'écarter de l'autre.
Autre particularité: présentant deux axes, sur chacun desquels on peut installer une manivelle, elle se prête bien à l'entraînement de deux pompes à bras ou deux soufflets.
Enfin, en garnissant de feutre les bords des fentes, elle peut être très silencieuse.

Je la livre à votre réflexion!
Bessler l'avait-il ou non inventée avant moi?

Cette machine peut se prêter à une évolution; j'aurais sans doute le plaisir de vous présenter cette évolution, mais je ne sais pas encore quand...
En effet, matériellement, je suis dans une situation catastrophique. Physiquement et psychologiquement, je suis épuisé. Moralement, j'endure plus que ce qu'il est humainement supportable d'endurer.
Dans ces conditions, il m'est difficile d'avoir la tête à mes recherches.

Pour ceux qui souhaiteraient m'aider matériellement, je rappelle que les dons sont possibles via Paypal à:

jimhdlc@aol.com

Merci à ceux qui m'ont déjà apporté leur aide, matérielle ou morale!
Merci d'avance à ceux qui le feront.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by J.Hackenberger - dans moteur-hackenberger

Articles Récents

Liens